Voir toutes les actualités liées à un auteur Benoît Jacquet


Architectures et villes de l’Asie contemporaine. Héritages et projets

Nathalie Lancret et Corinne Tiry-Ono (textes réunis par)
Bruxelles, Éditions Mardaga, 2015
176 p.
29,00€

1509_villes-asieLes cultures spatiales des villes d’Asie sont approchées ici du point de vue de leurs singularités et spécificités, tant historiques que contemporaines, dans la conception et la transformation de leursformes architecturales et urbaines. Dans cette aire géographique et culturelle, la période actuelle est marquée par des accélérations de l’urbanisation et des changements dimensionnels qui modifient l’importance relative du peuplement urbain, l’étendue des espaces construits et l’échelle des projets architecturaux et urbains. Dans ce contexte, qu’en est-il de la place et du rôle des héritages, visibles, enfouis ou imaginés, dans les manières de concevoir et de produire les villes ? À travers des exemples situés en Chine, au Japon, au Vietnam et à Bali, les textes réunis dans cet ouvrage abordent des situations passées et présentes à la lumière d’échanges culturels et de médiations entre héritages et projets qui seraient à l’origine d’expressions originales d’une modernité contextualisée à l’échelle locale. Les auteurs s’appuient sur l’étude de projets architecturaux et urbains qui composent avec les héritages et créent des éléments de différenciation entre les villes. Ces projets sont appréhendés à travers leurs mécanismes de conception, de production et de réception par les sociétés et leurs acteurs – habitants, usagers et hommes de l’art. Leur analyse permet de suivre la circulation des composantes d’une culture spatiale donnée, leurs réceptions croisées et leurs métissages à l’œuvre dans les processus de transformation de l’espace – bien souvent source d’invention et d’innovation.

Des pages peuvent être feuilletées ICI

Contributeurs : Emmanuel Cerise, Pierre Clément, Jean-Sébastien Cluzel (*), Bruno Fayolle-Lussac, Caroline Herbelin, Benoît Jacquet (*), Nathalie Lancret, Corinne Tiry-Ono (*). (*) : membre du réseau JAPARCHI.


Colloque | L’architecture en bois au Japon : matière et temps

10 Octobre 2014, 13h-17h
EFEO Kyoto
606-8276 Kyōto, Sakyō-ku, Kitashirakawa bettōchō 29
www.efeo.fr

2014_Archi_bois_EFEO13:00-13:10 Introduction Murielle HLADIK ミュリエル・ラディック (Paris-8 ; ENSA Clermont-Ferrand) et Benoît JACQUET ブノワ・ジャケ (EFEO Kyoto) 13:10-13:35 Wood in Ancient Japanese Architecture MATSUZAKI Teruaki 松﨑照明 (ICS College of Arts) 13:35-14:00 Traditional Woodworking in Japan Mechtild MERTZ メヒティル・メルツ (CRCAO Paris) 14:00-14:25 Urbanisation, Deforestation and Reforestation in Japan Andrea FLORES URUSHIMA アンドレア・フロレス漆間 (Kyoto University) : 14:25-14:50 Discussion Oussouby SACKO ウスビ・サコ (Kyoto Seika University) 14:50-15:00 Pause 15:00-15:25 Wood in Modern Japanese Architecture Benoît JACQUET ブノワ・ジャケ (EFEO Kyoto) 15:25-15:50 Contemporary Wooden Architecture in Japan Manuel TARDITS マニュエル・タルディッツ (Meiji University) 15:50-16:15 Architecture and Matters TAKEYAMA Sey 竹山聖 (Kyoto University) 16:15-17:00 Discussion/Conclusion INAGA Shigemi 稲賀繁美 (International Research Center for Japanese Studies)

Contact et informations :
efeo.kyoto@gmail.com | 075-701-0882

Organisateurs :

  • Organisation: Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO Kyoto)
  • Collaboration :Institut français du Japon-Kyoto | Nuit blanche Kyoto | Ambassade de France au Japon

Dispositifs et notions de la spatialité japonaise

Bonnin P., Jacquet B., Nishida M.
PPUR, 2014
364 p.
52,50€

2014_Dispositifs_spatialiteLa publication est, pour l’essentiel, consécutive au colloque inaugural de ce programme, tenu sous le même titre (les 11-14 XII 2008 à Kyoto, au Kyoto Institute of Technology (KIT) avec le soutien de l’Ambassade de France : « Dispositifs et Notions : regards croisés sur les spatialités et temporalités française et japonaise « , dirigé par les Pr. Nishida et Ph. Bonnin), et dont elle constitue simultanément les Actes (11 auteurs /15), avec les quatre textes ajoutés. Contributions de Augustin Berque (directeur d’études émérite, EHESS), Philippe Bonnin (directeur de recherches, CNRS), Marc Bourdier (professeur, ENSA Paris-La Villette), Nicolas Fiévé (directeur d’études, EPHE), Anne Gossot (maître de conférences, Univ. Bordeaux), Murielle Hladik (chercheur, Paris-8) Benoît Jacquet (maître de conférences, EFEO), Katō Kunio 加藤邦夫 (prof. retraité de l’université de Kyoto), Nishida Masatsugu 西田雅 (maître de conférences, Kyoto Institute of Technology), Jacques Pezeu-Massabuau (prof. retraité de l’université Waseda), Sendai Shōichirō 千代章一郎 (maître de conférences, université de Hiroshima), Taji Takahiro 田路貴浩 (maître de conférences, université de Kyoto), Corinne Tiry-Ono (ingénieur de recherche, Ministère de la culture), Christine Vendredi-Auzanneau (directeur de l’Espace LVMH Tokyo), Doi Yoshitake 土居義武 (professeur, université de Kyūshū), Ellen Van Goethem (maître de conférences, université de Kyūshū)
Existe-t-il une spatialité particulière au Japon ? L’espace japonais peut-il se définir par des notions théoriques et des dispositifs spatiaux ? Telles sont les questions principales sur lesquelles se sont penchés les chercheurs du réseau franco-japonais Japarchi réunis à Kyoto et à Paris à l’occasion de différentes rencontres entre 2008 et 2012. Pour réfléchir sur les notions et les dispositifs inventés pour la production d’espaces — architecture, jardin, paysage, urbanisme, design — les auteurs de ce volume ont adopté différents points de vue disciplinaires : ceux de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme, de l’anthropologie, de la géographie culturelle, de la philosophie et de l’esthétique. Au Japon, la manière d’habiter, de vivre l’espace, et la nature même de ces espaces, c’est-à-dire la spatialité, a longtemps surpris et fasciné le visiteur occidental. Aujourd’hui, la spatialité japonaise se caractérise par une grande diversité de formes architecturales, par le désordre apparent de ses métropoles, autant que par la résilience de lieux et de pratiques traditionnels. Depuis l’Antiquité, des dispositifs spatiaux, des expressions puis, plus récemment, des notions théoriques et des discours architecturaux ont été mis en place pour définir cette culture de l’espace et les particularismes de cette spatialité. Du point de vue de l’architecte, de l’historien, du géographe, de l’anthropologue ou du philosophe, ce livre présente la spatialité japonaise selon les dispositifs et notions qui lui sont propres. En suivant le cours de l’histoire, des mythes et croyances du folklore japonais, depuis la géomancie des villes anciennes jusqu’à l’architecture et l’urbanisme contemporains, ce livre fait apparaître la spatialité sous ses différentes formes: de la manière de s’asseoir ou de l’aménagement des jardins, du pavillon de thé, de l’architecture religieuse et monumentale… L’ouvrage séduira l’amateur d’architecture et de culture japonaise, l’esthète et le bricoleur, le savant comme le bâtisseur, désireux de comprendre les mécanismes mis en œuvre dans la construction et la production de l’espace au Japon.