Actualités


Glossaire de mésologie

Augustin Berque
Editions éoliennes, 2018
48 p.
6 €

Plutôt qu’une discipline, qui serait en somme une écologie phénoménologique, il faut considérer la mésologie comme une perspective générale, périmant le dualisme moderne. Pour la mésologie, la réalité, celle des milieux concrets, n’est ni proprement objective, ni proprement subjective, mais trajective.  Cela concerne aussi bien les sciences de la nature que les sciences humaines. Relevant à la fois de l’ontologie et de la logique, la perspective nouvelle qu’apporte la mésologie est onto-logique. Dépassant le paradigme moderne classique, cette perspective nouvelle s’impose, en un temps où l’abstraction du dualisme, jointe au principe du tiers exclu, avec ses attributs divers (mécanicisme, réductionnisme, analytisme, individualisme, capitalisme, industrialisme…), en est arrivée à provoquer non seulement ce que l’on appelle désormais la Sixième Extinction de la vie sur Terre, mais en outre décompose le lien social et ravage les paysages ; autrement dit, a entraîné une perte de cosmicité qui pourrait bien nous être fatale. Recosmiser l’existence humaine, la reconcrétiser, la réembrayer à la Terre, voilà le triple objectif que se donne la mésologie.


La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? – Autour et en présence d’Augustin Berque

Marie Augendre,  Jean-Pierre Llored, Yann Nussaume (dir.)
Hermann, éditeurs des sciences et des arts, 2018
416 p.
32 €

Nous sommes entrés dans une ère, baptisée anthropocène, où les effets de l’action humaine sur la planète deviennent géologiquement significatifs. Quelle que soit la date à laquelle on peut faire remonter cette nouvelle ère, les bouleversements sont d’une ampleur inédite et potentiellement irréversibles à l’échelle humaine. Face à ces changements, le géographe et orientaliste Augustin Berque, récusant le dualisme mécaniste qui a fondé la modernité, repense en un paradigme transmoderne la mésologie – l’étude des milieux singuliers propres à tous les vivants, à la différence de l’écologie, science moderne qui étudie l’environnement comme un objet universel. Comment les sciences actuelles – celles dites exactes autant que les sciences humaines et sociales – peuvent-elles s’en nourrir pour, d’une part, repenser les interactions entre la planète et les êtres humains, et, d’autre part, proposer des perspectives à la société actuelle et à venir ? Telle est la question à laquelle cet ouvrage cherche à répondre. En trois thématiques (« Notions et théories des milieux », « Champs du déploiement de la mésologie », « Mutations des milieux humains et non humains »), il reprend les interventions et les synthèses des débats du colloque La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? organisé en septembre 2017 à Cerisy autour d’Augustin Berque et en sa présence.

Marie Augendre est géographe, maître de conférence à l’université Lyon-2, membre du laboratoire EVS-UMR 5600. Jean-Pierre Llored est ingénieur, agrégé de chimie, docteur en épistémologie et histoire des sciences et des techniques, chercheur invité au Linacre College (Oxford). Yann Nussaume est architecte, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-la-Villette, directeur de l’équipe AMP UMR LAVUE.


Atlas du Japon – L’ère de la croissance fragile

Rémi Scoccimarro

Cartographie : Claire Levasseur
Éditions Autrement, 2018
96 p.
24 €

Le pays, pourtant 3e puissance économique mondiale, peine à renouer avec le temps du miracle économique.
Le pays connaît en effet de profondes évolutions : démographie, prise de conscience d’un système défaillant, notamment après la catastrophe de Fukushima…
Les mutations de l’espace urbain, marqueur fondamental de la société japonaise, sont ici mises en avant et analysées. Le pays, toujours ancré dans ses traditions, reste ouvert au monde et à la pointe des nouvelles technologies.

Rémi Scoccimarro est Docteur en Géographie, Maître de Conférences en langues et civilisation japonaises à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Membre du Centre d’Études Japonaises (INALCO), il est Chercheur à la Maison Franco-Japonaise de Tôkyô. Il travaille sur les mutations de l’espace urbain, les recompositions démographiques, et les conséquences socio-spatiales du tsunami et de l’accident nucléaire de 2011.

Claire Levasseur est cartographe indépendante.

 


L’architecture des déplacements. Gares ferroviaires du Japon

Corinne Tiry-Ono

Préface de Nicolas Fiévé
Éditions Infolio, 2018
328 p.
15,00€

 

Au Japon, la grande gare ferroviaire cristallise de multiples enjeux
de la fabrique et du renouvellement des métropoles. Cet ouvrage se
concentre sur la généalogie de cet équipement, du point de vue de
ses mutations architecturales et urbaines dans le contexte d’une
modernité désirée ou éprouvée. À l’appui de nombreux exemples
illustrés, il vise à donner des clés de compréhension d’une forme de
centralité singulière, qui allie activité et mouvement et constitue un
repère structurant du paysage urbain nippon. L’originalité de ce
modèle provient de la persistance, réelle ou mentale, de schémas
traditionnels de pensée et pratique de la ville, au sein d’un processus
de réinvention et de reconstruction permanent.
Matérialisation spatiale du thème de la connexion, la grande gare
japonaise marque aussi réflexions et opérations à grande échelle. La
relecture d’un ensemble de projets d’architectes japonais pour
Tokyo, laboratoire des années de forte croissance, décrypte cette
même approche conjuguée de l’architecture des déplacements.

Cet ouvrage a bénéficié du soutien de la Fondation de France et du CNRS (UMR CRCAO).


Villes françaises, villes japonaises. Questions contemporaines en partage

Journée d’étude JAPARCHI : 11 novembre 2017, Maison franco-japonaise, Tokyo (Ebisu)

 

En français et en japonais, avec traduction simultanée.

使用言語:フランス語、日本語 (同時通訳付き)

 

Programme détaillé : télécharger le PDF

 

Programme résumé : télécharger le PDF

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : www.mfj.gr.jp

Les villes françaises et japonaises partagent nombre de situations et évolutions qui méritent de croiser nos approches scientifiques. Aujourd’hui, la circulation accélérée des échanges appelle à s’interroger sur la fabrique ou la représentation de nos espaces contemporains, et sur les formes d’une production de connaissances croisées. Les thèmes abordés sont issus de problématiques partagées qui font débat. Traités à partir de ce qui les différencie comme de ce qui les rapproche, ils sont porteurs d’une attente forte dans les deux sociétés.

日仏の都市は、私たちの学術的アプローチを交差させるに値する、多くの現状と発展を共有しています。今日、交流は加速され、その循環は共有された知見が生み出したものの形と、現代の空間を代表するもの、もしくはそれを生産する場について自らに問い直すことを求めています。

今回取り組まれているテーマは、議論をもたらす日仏共通の課題の中から選ばれたものです。これらのテーマは異なるものと同様に似ているものも扱っていますが、日仏両社会において議論が大いに期待されるものです。

 

 

 

 


Façons d’habiter au Japon. Maisons, villes et seuils

Philippe Bonnin et Jacques Pezeu-Massabuau
CNRS Éditions, 2017
496 p.
28,00€

 

 

 

Les études réunies ici témoignent d’une commune passion pour la maison – traditionnelle ou très contemporaine –, la ville et l’espace japonais, visités par la plume des deux auteurs.

Ils sont pour l’un géographe – Jacques Pezeu-Massabuau –, pour l’autre architecte et anthropologue – Philippe Bonnin. Chacun, de son côté, a poursuivi un travail obstiné d’observation, de description, de dévoilement, d’analyse approfondie de la réalité de cette habitation japonaise, de son esthétique, des gestes, des paroles qui l’entourent. Réunir ces textes devenait un impératif pour confronter leurs approches complémentaires et décoder cette culture japonaise si passionnante.

 

 


Architectural and Planning Cultures Across Regions: Digital Humanities Potential Collaboration Towards Knowledge Integration

国際シンポジウム 「地域を超える建築・都市計画文化:デジタル・ヒューマニティーズから学知創生へ」

INTERNATIONAL SYMPOSIUM 2017, March 26-27

KYOTO UNIVERSITY

Co-organization : Unit of Academic Knowledge Integration Studies of Kyoto University Research
Coordination Alliance (KURCA)

Andrea FLORES URUSHIMA, Kyoto University, Center for Southeast Asia Studies (Former Center for Integrated Area Studies)

 

Le réseau JAPARCHI y sera présenté par Corinne TIRY-ONO : « Japanese Spatial Culture from a Cross-Disciplinary Approach. JAPARCHI: From a Network to a Collaborative Tool for Innovative Research »

 

Accéder à l’argument et au programme complet du colloque (en anglais) : http://www.cias.kyoto-u.ac.jp/event/?p=462

ou télécharger le pdf.


Exposition « Images du Japon contemporain : la ville »

Dans le cadre du XIIe colloque de la SFEJ, Université Jean Moulin Lyon 3

15-16 décembre 2016 de 9H00 à 20H30 et 17 décembre 2016 de 9H00 à 17H00

Site de la Manufacture des Tabacs, Salle des Symboles, Niveau 1 (1er étage)

6 cours Albert Thomas, 69008 LYON

ACCÈS

expo-sfej

Photos : Japarchi

sfej-2016-expoDans le cadre du douzième colloque de la SFEJ intitulé «Représentation de l’espace dans le Japon contemporain : Images et cultures visuelles », le réseau Japarchi propose une exposition photographique sur la thématique « Images de la ville dans le Japon contemporain ».

Les photographies retenues sont tirées du Vocabulaire de la spatialité japonaise. Il ne s’agit pas de performances artistiques ni d’une somme de photographies isolées, mais d’un corpus à l’origine des notices qui composent l’ouvrage. Les images sont destinées à enrichir le texte et constituent un portrait à facettes de l’espace japonais.

La logique de l’exposition prend à rebours le dispositif du Vocabulaire ; elle n’a pas uniquement un rôle d’illustration mais au contraire acquiert un statut scientifique et une autonomie propre qui rend justice aux qualités esthétiques des photographies sélectionnées. Prises par des chercheurs sur leur terrain, ces photos restituent à distance les composantes des paysages japonais. La sélection proposée est focalisée par les éléments architecturaux et paysagers de la ville. L’exposition a pour objectif de faire réfléchir aux aspects politiques, économiques et sociaux qui transparaissent dans les paysages urbains du Japon contemporain. Elle fait écho aux propositions orales retenues pour le panel Japarchi intitulé « le rôle des images, de la conception architecturale à la représentation du patrimoine ».

 

Un des enjeux de cette exposition est de remémorer des espaces familiers aux participants du colloque de la SFEJ et d’interroger leur propre regard sur les paysages urbains. Un livre d’or accompagnera l’exposition dans ce but.

 

Organisation de l’exposition :
Marie AUGENDRE, Maître de conférences, Université Lyon 2, UFR Temps et territoires, laboratoire EVS – UMR 5600F
Philippe BONNIN, Directeur de recherches Émérite CNRS, AUS-UMR 7218 LAVUE
Fabienne DUTEIL-OGATA, Maître de conférences, Université Bordeaux-Montaigne, UFR Langues et civilisations, Laboratoires : CLARE EA 4593 /IIAC – EHESS/CNRS UMR 8177

Conférences sur la gouvernance locale (自治しうる〈主体〉と〈場〉を問いなおす)

Tokyo keizai daigaku 東京経済大学 国分寺キャンパス 大倉喜八郎 進一層館(フォワードホール)

5 & 6 nov. 2016 à partir de 9h30 – 17h10

Entrée gratuite (pour 500¥, un livret est disponible)

Inscription obligatoire par mail (localgv@tku.ac.jp), fax (042-328-7774) ou sur le site internet (http://www.tku.ac.jp/)

Télécharger le pdf d’information et de programme (jp)

20160924_gouvernance_locale


XIIème Colloque SFEJ : Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon

15-16-17 décembre 2016

Université Jean Moulin – LYON III (Manufacture des Tabacs)

6 cours Albert Thomas – Lyon 8e

Site dédié (toutes les informations : programme, intervenants, etc.)

pastedgraphic-11Le dernier colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, a été organisé à Paris en 2014 par l’Université Paris Diderot-Paris VII) et l’Institut National des Langues Orientales. Le prochain, en décembre 2016, sera accueilli pour la première fois par Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues.

Le colloque de décembre 2014, intitulé « Le Japon au xxie siècle : dynamiques et mutations », avait brillamment mis en exergue les multiples facettes du Japon contemporain. Pour l’édition 2016, nous avons retenu le thème suivant : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon ». (suite…)