Voir toutes les actualités liées à un auteur Yann Nussaume


Doctorat ⎜ La médiation environnementale en aménagement du territoire dans la société civile au Japon : pour une philosophie politique du paysage

Auteur(e) : Alban Mannisi
Titre de la thèse : « La médiation environnementale en aménagement du territoire dans la société civile au Japon : pour une philosophie politique du paysage ».
Établissement d’obtention : Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (Nanterre) , en partenariat avec Laboratoire Architecture, ville, urbanisme, environnement (Nanterre) (laboratoire).
Direction : Yann Nussaume

Soutenance : 24 février 2017

Composition du jury

Rita Occhiuto (Présidente)
Yann Nussaume
Philippe Corcuff (rapporteur)
Thierry Paquot (rapporteur)
Riichi Miyake

Résumé

Depuis les années 70, des conventions internationales renforcent l’implication des sociétés civiles dans l’aménagement de leur territoire. Au Japon, ce phénomène s’est accéléré suite au tremblement de terre de Kōbe en 1995. Il a débouché en 1998 sur la loi NPO (association à but non lucratif) qui a consolidé le rôle de la société civile dans le jeu des acteurs du territoire. Cette thèse analyse les mécanismes d’engagement de la société civile et le recours à des médiateurs qui s’appuient sur les relations spécifiques de la société nippone à son environnement (milieu japonais), et enquête sur l’apparition de nouvelles formes de gouvernances des territoires. Afin de répondre à cette problématique, il est étudié dans un premier temps l‘émergence du rôle de la société civile, grâce à la médiation dans l’aménagement du territoire au Japon, en montrant comment ces phénomènes s’ancrent pour partie sur certaines logiques traditionnelles, mais également sur des évolutions internationales. Puis, dans un deuxième temps, à partir de l’étude de trois pratiques de médiateurs d’ingénierie sociale : KUWAKO Toshio (philosophe), YAMAZAKI Ryō (paysagiste) et KOIZUMI Hideki (urbaniste), il est observé comment les techniques de médiations inspirées pour partie de techniques étrangères sont assimilées et réajustées pour répondre aux besoins de la société nippone. Cette thèse précise ainsi la porosité entre l’autochtonie et les transferts de méthodes de gouvernance internationale ; elle met en évidence comment les volontés internationales d’implication des sociétés civiles s’inscrivent dans les logiques du milieu japonais. En conclusion, une tentative de mise en perspective des données de la thèse est recherchée à partir de l’énoncé d’une philosophie politique du paysage.


Ouvrage ⎜ La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? – Autour et en présence d’Augustin Berque

Marie Augendre,  Jean-Pierre Llored, Yann Nussaume (dir.)
Hermann, éditeurs des sciences et des arts, 2018
416 p.
32 €

Nous sommes entrés dans une ère, baptisée anthropocène, où les effets de l’action humaine sur la planète deviennent géologiquement significatifs. Quelle que soit la date à laquelle on peut faire remonter cette nouvelle ère, les bouleversements sont d’une ampleur inédite et potentiellement irréversibles à l’échelle humaine. Face à ces changements, le géographe et orientaliste Augustin Berque, récusant le dualisme mécaniste qui a fondé la modernité, repense en un paradigme transmoderne la mésologie – l’étude des milieux singuliers propres à tous les vivants, à la différence de l’écologie, science moderne qui étudie l’environnement comme un objet universel. Comment les sciences actuelles – celles dites exactes autant que les sciences humaines et sociales – peuvent-elles s’en nourrir pour, d’une part, repenser les interactions entre la planète et les êtres humains, et, d’autre part, proposer des perspectives à la société actuelle et à venir ? Telle est la question à laquelle cet ouvrage cherche à répondre. En trois thématiques (« Notions et théories des milieux », « Champs du déploiement de la mésologie », « Mutations des milieux humains et non humains »), il reprend les interventions et les synthèses des débats du colloque La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? organisé en septembre 2017 à Cerisy autour d’Augustin Berque et en sa présence.

Marie Augendre est géographe, maître de conférence à l’université Lyon-2, membre du laboratoire EVS-UMR 5600. Jean-Pierre Llored est ingénieur, agrégé de chimie, docteur en épistémologie et histoire des sciences et des techniques, chercheur invité au Linacre College (Oxford). Yann Nussaume est architecte, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-la-Villette, directeur de l’équipe AMP UMR LAVUE.