Nicolas Fiévé, Yola Gloaguen et Benoît Jacquet (ed.)
Bibliothèque de l’institut des hautes études japonaises, Collège de France
Paris, 2020
375 p.

Fruit d’un travail collectif mené par une douzaine de chercheurs réunis autour de Nicolas Fiévé, le présent ouvrage est une publication du programme de recherche « Mutations paysagères de la ville japonaise » conduit au sein du Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO UMR 8155). L’enquête épistémologique proposée dans le cadre de ce programme s’appuyait sur une réflexion commune sur les modes de conception et de production du paysage dans sa relation à l’architecture, et cela à partir de différentes échelles : la maison et le jardin, le quartier et la rue, la ville et les zones suburbaines. Une approche qui cherchait à comprendre les pratiques paysagères dans leur dimension historique, et dans la relation qu’elles entretiennent avec le monde naturel et végétal. L’un des objectifs du groupe de travail était de mettre en évidence des aspects méconnus de l’architecture et de l’urbanité japonaises, ainsi que des modes d’inscription et de transmission de la mémoire paysagère dans des villes en perpétuel renouvellement.