Publications


Article en ligne⎜« Villes éponges ». Nouveaux regards sur la dévitalisation urbaine au Japon

Auteure : Sophie Buhnik
Source : GIS Asie

« Le déclin des villes en marge des processus de métropolisation s’est récemment imposé comme une priorité de nombreux agendas nationaux, même en France, où une natalité élevée et des programmes d’équilibrage du territoire ont longtemps occulté la dévitalisation des villes petites et moyennes (Béal et al. 2017). L’émergence du déclin urbain dans les opinions nationales s’inscrit dans des débats sur ce qui est défini comme une néolibéralisation de l’action publique. Celle-ci est vue comme la cause majeure d’un développement de plus en plus inégal entre, d’une part, les métropoles gagnantes de stratégies d’attractivité soutenues par différentes institutions étatiques ou supra-étatiques, et d’autre part, les territoires dont le décrochage est accentué par des mesures d’austérité budgétaire, d’où un sentiment d’abandon qui bénéficierait au vote populiste. »

Lire la suite …

 


Ouvrage⎜Un siècle de banlieue japonaise : Au paroxysme de la société de consommation

Auteure : Cécile Asanuma-Brice
Préface : Augustin Berque
Col.:: vuesDensemble
Éditions : Métis Presses
Genève, 2019
256 p.
32 €

Présentation de l’éditeur

L’auteure Cécile Asanuma-Brice est chercheuse en sociologie urbaine. Docteure de l’EHESS, elle est résidente permanente au Japon depuis 2000, année durant laquelle elle intègre l’école d’ingénierie de l’université de Chiba, au Japon. En 2005, elle participe à la création d’un bureau mêlant architecture et sociologie urbaine autour de l’architecte Maruyama Kinya, dont l’objectif est la sensibilisation à un autre urbain possible. Elle poursuit aujourd’hui ses recherches au centre de recherche sur le Japon contemporain de la Maison Franco-Japonaise (CNRS), ainsi qu’au sein du CLERSE (Université de Lille, CNRS). Le livre Ce livre apporte des informations inédites et précieuses sur le processus d’urbanisation de la banlieue japonaise et d’une façon plus générale, de l’impact de ce dernier sur le fonctionnement social au Japon. Afin de mener une réflexion en profondeur sur ces espaces, il présente une histoire complète de l’habitat urbain japonais, du XIXe siècle à nos jours, dans un pays où le capitalisme est à un stade avancé et où l’exposition aux désastres naturels est un facteur clé de la gestion de la population. L’ouvrage montre les étapes du phénomène de banlieusardisation à travers les principaux acteurs de l’urbanisation. Une description de l’occupation des différents logements et du fonctionnement social des quartiers permet en outre de comprendre l’évolution de la vie des banlieues. Comme le montre ce livre, ce phénomène de banlieusardisation se poursuit actuellement. Répondant à des logiques économiques strictes, les nouvelles formes de logements sont rapidement reprises par le secteur privé de la construction, qui les répandra sur l’ensemble du territoire. À mi-chemin entre la protection sociale et l’assujettissement économique, les cités de logements publics sont aujourd’hui, dans l’ensemble des sociétés postindustrielles, les lieux de drames sociaux les plus divers. Les documents originaux (photos) ou difficilement accessibles, même au Japon (photos anciennes, cartes), et les témoignages présents dans cet ouvrage sont particulièrement précieux. arguments | public •• Une analyse de la production de l’espace urbain nippon depuis le XIXe siècle jusqu’à la crise de la politique de logement qui a suivi le tremblement de terre de 2011. •• Un ouvrage qui offre de nombreuses clés de compréhension sur le fonctionnement social du Japon. •• Une iconographie riche et originale ainsi que de nombreux documents inédits illustrant les propos de l’auteure. •• Au-delà de l’exemple nippon, une interrogation de fond sur les politiques urbaines contemporaines des grandes métropoles mondiales au sein de la société du risque. •• Préface de l’orientaliste Augustin Berque. Cet ouvrage s’adresse aux chercheurs, aux professionnels et aux acteurs divers intéressés par l’histoire du logement urbain et ses mutations, ainsi que par l’histoire du Japon.

Bibliographie de l’auteure

Cécile Asanuma-Brice est chercheuse en sociologie urbaine. Docteure de l’EHESS, elle est résidente permanente au Japon depuis 2000, année durant laquelle elle intègre l’école d’ingénierie de l’université de Chiba, au Japon. En 2005, elle participe à la création d’un bureau mêlant architecture et sociologie urbaine autour de l’architecte Maruyama Kinya, dont l’objectif est la sensibilisation à un autre urbain possible. Elle poursuit aujourd’hui ses recherches au centre de recherche sur le Japon contemporain de la Maison Franco-Japonaise (CNRS), ainsi qu’au sein du CLERSE (Université de Lille, CNRS).

Lien vers la page de l’éditeur


Revue en ligne⎜Ebisu – Études japonaises n° 55 (2018) : « La fabrique des villes japonaises contemporaines »

La rédaction de la revue Ebisu – Études japonaises a le plaisir de vous annoncer la parution du n° 55 (2018) « La fabrique des villes japonaises contemporaines », coordonné par Rémi Scoccimarro.
Le numéro est en accès libre et téléchargement gratuit en intégralité sur OpenEdition.
« Pendant la longue période d’adaptation qui a suivi l’éclatement de la bulle foncière, l’espace urbain du Japon s’est fortement recomposé. Entre les stigmates et le rebond de l’après-bulle, ou sous les effets de la globalisation, les fonctions et les formes de la ville offrent des visages renouvelés. Ce dossier, propose d’apporter de nouveaux éclairages et ouvrir des pistes de réflexions sur la fabrique de l’urbain dans le Japon du début du XXIe siècle. » (Rémi Scoccimarro, extrait de l’Introduction)

Revue en ligne⎜(Culture et Recherche) «Architecture. Pratiques plurielles de la recherche»

Le numéro 138 de Culture et Recherche (automne-hiver 2018, 104 pages) est en ligne sur le site du ministère de la Culture : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-revue-Culture-et-Recherche/Architecture.-Pratiques-plurielles-de-la-recherche

« Architecture. Pratiques plurielles de la recherche »

Dossier coordonné par :
Corinne Tiry-Ono et Valérie Wathier (bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère),
en collaboration avec :
Laurent Devisme, Richard Klein, Éric Monin, Dominique Rouillard, Estelle Thibault, Nicolas Tixier et Dimitri Toubanos (enseignants-chercheurs des écoles nationales supérieures d’architecture).

L’année 2018 a vu la publication de cinq décrets portant réforme des écoles nationales supérieures d’architecture. Cette réforme leur attribue le statut d’établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche et crée un statut unique d’enseignant-chercheur. Elle consolide ainsi leur place et renforce leur visibilité dans le paysage national et international de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Alors que le ministère de la Culture s’est doté de cadres renouvelés définissant ses priorités en matière de recherche en faveur de l’architecture au regard des grands enjeux sociétaux d’aujourd’hui et de demain, ce numéro de Culture et Recherche souhaite faire mieux connaître l’activité de recherche des écoles et rendre compte des dynamiques plurielles qui la sous-tendent. Élaboré en collaboration avec les enseignants-chercheurs des écoles, il se compose de quatre parties couvrant chacune un territoire transversal de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : Transitions, Transformations, Représentations, Transmissions.

L’ensemble des contributions de ce numéro en témoigne : la recherche en architecture est aujourd’hui mature et peut répondre aux défis écologiques et sociaux du monde contemporain.

Voir le sommaire

Télécharger le numéro

Une version imprimée peut vous être envoyée sur demande à :
culture-et-recherche@culture.gouv.fr

En couverture :
Kader Attia, Untitled, 2009.
Installation. Couscous fin, 20 moules, peinture acrylique noire. 15 x 400 x 400 cm.
Collection du FRAC Centre-Val de Loire
Cl. François Fernandez / CCC
© ADAGP, Paris, 2018


Ouvrage⎜Le japonisme architectural en France (1550-1930)

Direction : Jean-Sébastien Cluzel
Éditions Faton
Quetigny, 2017
400 pages
69 €

Le japonisme est-il aussi une histoire d’architecture ? Dans cet ouvrage, les auteurs dévoilent la genèse du goût pour l’architecture japonaise en Occident. Celui-ci, né bien avant ce que les critiques d’art du xixe siècle ont appelé japonisme, se perçoit dans une multitude d’objets-supports : paravents, porcelaines, laques, gravures, photographies, décors d’intérieur ou pavillons de jardin…

Avec plus de cinq cents illustrations en couleurs, ce beau livre présente des études historiques et archéologiques hors normes, conduites sur les plus célèbres édifices qui ont marqué l’apogée du japonisme : les pavillons des Expositions universelles parisiennes entre 1867 et 1900, la première maison japonaise installée en France (1886), la Salle de fêtes de la rue de Babylone (1896), connue sous le nom de cinéma La Pagode, les fabriques du jardin japonais d’Albert Kahn (1897), la Salle des cigognes, décor récupéré par Émile Guimet en 1911.

Ces enquêtes livrent les mécanismes d’un métissage nippo-français dans la production artistique, essentiels pour comprendre les espaces japonais tant appréciés des Occidentaux. Au fil des pages se dessine une majestueuse expression du japonisme : l’architecture.

Écouter l’émission de radio « Monumental » sur RTS (Radio Télévision Suisse) consacrée au « Japonisme architectural en France »

 


Article en ligne⎜« Fukushima, l’impossible retour dans les villages de l’ancienne zone d’évacuation : l’exemple d’Iitate »

Nouvel article de Cécile Asanuma-Brice publié dans Géoconfluences, revue de l’ENS Lyon sur le village de Iitate, à Fukushima.
Fukushima, l’impossible retour dans les villages de l’ancienne zone d’évacuation : l’exemple d’Iitate
The latest paper (in French) by Cécile Asanuma-Brice on The situation at Iitate, village of Fukushima, former village of Evacuation zone. In Géoconfluences, Journal of Ecole Normale Supérieure :
Fukushima, impossible coming back in the former evacuation zone : Example of Iitate Village. 
地理学雑誌Géoconfluences (Ecole Normale Supérieure ) に私の最近の記事を掲載されました。福島の飯舘村(避難空域解消)に関する記事です。是非拡散お願い申し上げます(今、フランス語限定です)
福島、避難空域への無理な帰還。飯舘村の例。
他の記事はこちらに:https://cnrs.academia.edu/CécileAsanumaBrice

Article⎜« Namazu : Les dessous de Cipango / Dans les profondeurs du Japon »

Auteur : Philippe Bonnin (Directeur de recherches émérite au CNRS)
Namazu
: Les dessous de Cipango / Dans les profondeurs du japon, in Les carnets du paysage n°34, « Sous l’horizon », Septembre 2018, Coédition Ecole nationale supérieure de paysage / actes sud, 2018. ISBN 978-2-330-10918-9
Lien vers le site de l’éditeur

Si l’on en croit sa définition classique, le paysage appartient à l’ordre du visible : il « s’étend sous la vue », à l’intérieur ou à l’extérieur d’un cadre. Parler de paysage du dessous, c’est s’interroger sur les conditions non seulement de visibilité mais aussi d’existence du paysage. Pour le voir, il nous faut les imaginer et c’est ce que vont nous permettre les photographies, les dessins, les peintures, les gravures – dont ce numéro est richement pourvu – mais aussi les récits littéraires et les cartes géologiques. Même les représentations les plus fantaisistes sont à considérer pour nous faire comprendre comment nous habitons la Terre. Cet imaginaire-là est constitutif de notre façon d’habiter. Il en va ainsi de certains mythes, comme celui du Grand Silure au Japon qui a longtemps expliqué les tsunamis et les tremblements de terre. Mais on habite aussi véritablement sous terre : les troglodytes, les SDF dans les métros de New York ou de Paris, ou encore dans les sous-sols de Las Vegas.


Article⎜“京都のへりにて” (À la lisière de Kyoto)

Auteur : Philippe Bonnin, Jacques Pezeu-Massabuau
Source : Nichibunken 日文研 , International research center for japanese studies, n°59, 5 月2017年, pp.150-155.
Traduction abrégée de « Esthétiques et façons d’habiter au Japon, Maisons, villes et seuils »,
Philippe Bonnin et Jacques Pezeu-Massabuau, ed. du CNRS, 2017.
Traduction : Hosokawa Shūhei 細川周平(International Research center for Japanese Studies)
Télécharger l’article


Chapitre d’ouvrage⎜« References to Traditions in Contemporary Architecture in Japan »

Auteur : Philippe Bonnin
Source : « Encounters and Positions of Architecture in Japan », (Hubertus Adam, Director of Swiss Architecture Museum in Basel, Susanne Kohte, Visiting Professor and Daniel Hubert, University of Applied Sciences Cologne / now TH Köln Eds), ed. Birkhäuser, Basel, Switzerland, Août 2016 , pp. 258-265.
Référence électronique

Abstract : Now as before, Japanese architecture is very popular in Europe and the western world. This publication provides an overview of its many design concepts and cross-references. Using design examples and interviews, the book presents thirteen current positions.The publication focuses on young architects who take up extremely independent positions within Japanese architecture, as well as on Pritzker Prize winners Toyo Ito and Fumihiko Maki. Six essays by European specialists on Japan provide supplementary insights into the aesthetics and space concepts of Japanese architecture, making cross-references to Japan’s architectural history, and explaining current lines of development. The book thus combines a self-reflective approach with an outsider’s analytical view.